« MIEUX VIVRE C'EST POSSIBLE »


509 Chemin de la Grande-Côte, Saint-Eustache
(Coin autoroute 13) J7P 1K5

26 rue Archambault, Repentigny, Qc. J6A 1A1

514-708-4869



CLINIQUE DE GESTION DU STRESS
 
 

La méditation
ou
Prendre le temps de se déposer
ICI, MAINTENANT


Imaginez que vous êtes un précieux et unique vase de cristal pur avec un petit robinet, juste à la base. Tourner votre regard vers l’intérieur.

Prenez le temps d’imaginer que vous êtes rempli d’un liquide opaque qui ne laisse pas passer la lumière…

Mais si vous regardez bien, de plus près, ce sont des particules en suspension qui tourbillonnent continuellement…

Ensuite imaginez que ce tourbillon, c’est votre vie qui vous bouscule et que les particules ce sont vos soucis en suspensions… : Les horaires chargés, les idées de dévalorisations, les remarques que l’on a jugé blessantes, les apparences, le perfectionnisme, les comparaisons, les projections, les scénarios dramatiques, etc.

Vous remarquez et réalisez que les particules ne peuvent se déposer tant qu’il y a du mouvement. Elles sont là, en suspension, s’accumulant de plus en plus, vous empêchant de voir clair et vous étouffant par moment. Toutes ses émotions filtrent la réalité.

Continuer maintenant à imaginer que vous vous dé-po-sez ici maintenant…

Si vous fermiez les yeux…Les paupières qui s’abaissent permet au regard de se tourner vers l’intérieur.

Déclarez un «ARRÊT- STOP» ou demandez un «TEMPS MORT». Ralentissez et arrêtez le tourbillon. Vous seul en avez le pouvoir.

Le mental arrête sa course folle, son tourbillon, son analyse qui paralyse votre potentiel. Mettez un bâton dans la roulette de votre mignon «Hamster».

Déposez-vous là où vous êtes, et expirez bien. Laissez le mental s’apaiser comme la surface d’un lac au coucher du soleil. Là, vous prenez le temps de nourrir la partie saine en vous.

Laissez les particules ou les poussières se déposer au fond du vase. Donnez-vous quelques minutes, juste une petite pause pour vous dé-po-ser. Laissez se déposer tous les soucis qui vous empêchent de voir clair à travers le vase de cristal, à travers vous. Prenez le temps qu’il vous faut.

Si vous voulez drainer la poussière au fond; relâchez vos muscles : en commençant par vos mâchoires, vos épaules et vos hanches (muscles fessiers) les trois sont reliés.

Poursuivez en imaginant que vous tournez le robinet, pour ouvrir la soupape qui draine. Expirez profondément ces particules à l’extérieur de vous. L’inspiration se fait tout seul. Faites-le plusieurs fois. Votre respiration est dans le moment présent. Faites «comme si»; même si ce n’est pas facile. Cela n’a pas besoin d’être parfait.

Ici, il n’y a rien à réussir. Aucune performance ou esprit de compétition. Vous vous mesurez à vous-même en toute humilité et simplicité. Prenez le temps qu’il vous faut. Vous n’êtes pas pressés.

Vous pourrez ainsi prendre les meilleures décisions possible.

Au début, il n’y a que vous qui sentirez les effets. Ensuite ce sera le tour de votre entourage. Ils vous regarderont avec des points d’interrogation dans les yeux pour ensuite choisir de s’adapter ou non à ces nouvelles longueurs d’ondes que vous dégagez. Comme les ondes d’une radio.

Lorsqu’une maille d’un filet s’élève vers le haut, elle porte naturellement les autres à s’élever aussi.

Lorsque vous serez bien limpide et clair vous pourrez enfin voir à travers votre vase et générer la lumière qui prendra toute la place. C’est à ce moment que je pourrai vous apprendre à créer de la lumière.

Voilà vous avez commencé à méditer.

Méditer c’est voir clair en soi.

C’est nourrir la partie saine en nous.

C’est calmer les émotions qui filtrent la réalité.

C’est retourner à son humanité avec humilité.

C’est faire la paix en soi.



Josée Fortin